La formule est signée d’un ancien collaborateur de Free Mobile dont le témoignage a été publié aujourd’hui sur le site de Rue89. Le récit de Jean-Marc Joly, responsable formation chez Free Mobile de Septembre à Décembre 2011, est pour le moins saisissant. Si ce dernier ne tarit pas d’éloges à l’encontre de Free en soulignant le talent de ses collaborateurs, il dépeint avant tout un tableau inquiétant de la société.

Jean-Marc Joly explique que Free ne possède pas de véritable culture d’entreprise, ce qui est source de confusion en interne. Il se montre également critique vis-à-vis de l’organisation opérationnelle de l’entreprise qui demande à ses cadres d’être très rapidement opérationnel sans pour autant leur fournir les éléments matériels et immatériels pour y parvenir. Cette dissonance entre objectifs et moyens aurait d’ailleurs conduit notre protagoniste à poser sa démission par deux fois, la deuxième mettant fin à une situation devenue insupportable : « entre le manque de moyens, de communication et les menaces dont j’ai fait l’objet, cela a été extrêmement violent : j’ai mis un mois à m’en remettre. »

La fiche de poste l’avait pourtant séduit et le challenge était à la hauteur de ses ambitions : « mobilité intellectuelle et géographique avec l’intégration de spécificités culturelles. ». Mais sa déception n’en fut que plus grande lorsqu’il constata que Free n’avait pas tout à fait respecté ses engagements en termes de salaire. Cet ancien salarié de Free souligne à juste titre  qu’ « une entreprise qui commence par trahir votre confiance ne peut se reposer que sur la peur du chômage pour fidéliser ses collaborateurs ». Et d’ajouter : « Ils ne mobilisent pas les moyens (qu’ils ont) de leurs ambitions. », comprendre qu’ils ne paient pas assez.

Jean-Marc Joly revient également sur les déboires qui ont marqué le lancement de Free Mobile et déclare que la surcharge de trafic n’explique pas tout, Free Mobile n’était pas assez préparé. L’opérateur est aujourd’hui face à un défi, une transition qui s’impose si elle souhaite conquérir le marché de la téléphonie mobile. Pour cela, Free va devoir s’adapter à un nouveau public, moins rompu aux nouvelles technologies, moins geek, moins patient et plus exigent. Les mois et les années à venir nous diront si Free aura été capable d’opérer sa mue.

Source :  Rue89